Bas les pattes ! – San-Antonio

Chicago, ses gratte-ciel, ses gangsters, ses dancings… On a beau être flic, français, et parler trois mots d’amerloque, au fond, ce n’est pas un patelin bien sorcier. Quand le vocabulaire vient à manquer, il suffit de faire parler la poudre. Quant aux dames, San-Antonio a développé un langage bien à lui. Tout à fait l’homme qu’il faut pour débrouiller une vilaine affaire de meurtres en série : une demi-douzaine de taxi-girls zigouillées jusqu’ici par un sadique soi-disant français… Bah voyons ! Et la galanterie, bordel ?

Avant tout, c’est un découverte pour moi de lire un San-Antonio, détective que l’on trouve dans toutes les bibliothèques des centres commerciaux, ou librairies de quartier.
Dans cet épisode, car San-Antonio c’est quand même 175 romans d’un auteur prolifique, Frédéric Dard, le commissaire est demandé à Chicago, aux Etats-Unis, pour mener une enquête sur un tueur se prétendant être français. Très rapidement, malgré la barrière de la langue, le commissaire prend ses marques et donne de son corps auprès de la gente féminine.
Le récit est assez bien construit, et bien que l’enquête soit rapide, cela reste plaisant à lire. C’est typiquement un roman de gare ou de plage qui se lit vite, facilement, avec une pointe d’humour.
Malgré tout, l’argot du commissaire me paraît lourd à force, mais au final, c’est quand même lui qui a raison et qui délie les noeuds de l’enquête.
C’est un moment de détente avec un court roman policier à la française. Le personnage est attachant, mais un peu plus d’informations locales n’auraient pas été superflues, Chicago est une ville assez grande pour nous raconter quelques anecdotes bien sympathiques.
Je remercie Lecteurs.com et Pocket pour ce partenariat.

Publicités

Lou ! 3. Le cimetière des autobus – Julien Neel

lou3Les petites et grandes histoires de la vie de Lou. Richard et la mère, c’est une affaire qui roule. Et puis le roman de la mère est enfin publié. Tout roule de ce côté-là aussi, donc. Mais pour Lou, l’ambiance de cette rentrée est tout de même assez confuse. Des engins de chantier démolissent l’immeuble de Tristan, et la municipalité décide d’y stocker temporairement des autobus. Et puis il y a Mina, son amie d’enfance, avec laquelle Lou se brouille sans trop comprendre comment. Et cette voisine de classe, Marie-Émilie, qui a l’air cool mais qui se la pète un peu tout de même… C’est pas facile d’avoir 13 ans.

Ce troisième tome nous permet de suivre Lou dans sa vie, son adolescence. La voici arrivée dans une nouvelle classe et bien sûr les amies changent, la vie évolue.
Le personnage de Lou grandit au fur et à mesure avec beaucoup de réalisme. Elle est attachante et le récit qui se déroule de manière chronologique se fait de pleins de petites histoires dans lesquelles nous retrouvons tous les personnages qui gravitent autour de Lou.
Le graphisme est vraiment bien réalisé, bien adapté avec une amélioration dans la couleur et les détails depuis le premier album.
En somme, un très bon album, qui forcément ne peut que ravir les jeunes lectrices et qui confirme complètement le succès de son adaptation à l’écran.