Le visage de la peur – Dean Koontz

visagedelapeurUn meurtrier sévit dans les rues d’une grande américaine. Il se fait appeler le Boucher car ses victimes, de belles femmes, sont en plus d’être assassinées découpées. Mais sur le chemin du Boucher se pose Graham qui possède un don, celui de voir des événements tragiques, soit quand ils se produisent, soit quand ils vont se dérouler.
Le récit est réellement découpé en deux parties bien distinctes. La première partie nous fait découvrir les faits et les personnages. Le début de l’enquête prend forme. La deuxième partie se déroule lors d’une nuit durant laquelle Graham est poursuivi par le meurtrier.
Beaucoup de défauts ressortent de ce thriller de Dean Koontz, un auteur très instable dans son niveau littéraire malheureusement. Les deux parties sont inégales. La première devrait être plus longue, proposant une enquête plus approfondie, mais elle a été bâclée. La deuxième devrait être plus courte et plus intense. Mais sa longueur fait perdre le souffle au lecteur et l’ennui rapidement.
Un roman moyen, dans lequel, il est difficile de s’attacher aux personnages, trop de clichés, et dont le récit est mal ajusté.

Publicités

Furie – Joris Chamblain

furieLou a treize ans, elle vit à aux États-Unis, dans une petite ville sans intérêt. De nature timide et solitaire, Lou déteste attirer l’attention, et préfère se fondre dans la masse. Jusqu’au jour où elle tombe amoureuse de Chris, un des footballeurs stars du lycée. Elle enfreint plusieurs de ses principes et se laisse petit à petit influencer par Chris et son mode de vie si éloigné du sien. C’est alors que l’extraordinaire surgit dans sa petite vie tranquille. Sous l’effet dune étrange substance, Lou se transforme. Elle n’est plus une jeune fille, elle est devenue une bête. Féroce, cruelle et prête à tout pour connaître ceux qui sont à l’origine de ce changement fulgurant. Une course contre la montre palpitante commence pour elle et pour son entourage.

Dans ce roman, Lou boit un Soda qui lui donne la capacité de se transformer en renard.
Le récit propose une quête passionnante et haletante avec un dénouement au rythme endiablé. Le personnage de Lou est très attachant et nous permet de nous identifier à cette jeune héroïne différente et en même temps très proche.
L’écriture est fluide et facile à lire. Bien que l’entrée dans l’histoire est compliquée, le début est assez lent et fastidieux pour une jeune adolescente pressée, le récit prend du volume petit à petit pour finir crescendo de manière complètement opposée par rapport aux premières pages du roman.
L’ensemble donne un roman au-dessus de la moyenne qui donne malgré envie de continuer à vivre de nouvelles aventures avec Lou.
Je remercie Babelio et Auzou pour ce partenariat.

Prométhée 8. Necromanteion – Bec et Raffaele

promethee811e jour des événements. Le gouvernement américain prépare dans le plus grand secret (du moins le croit-il) une parade pour sauver quelques « Élus » lors de l’invasion extraterrestre à venir. Pendant ce temps, Turan, Dimbort, Lacan et Denton cherchent un moyen de revenir à leur époque, et entreprennent un périlleux voyage à travers un monde sinistre et ravagé… mais qui leur réservera une surprise de taille ! La planète est au bord du gouffre ! Le suspense est à son paroxysme !

Dans cet épisode, nous découvrons comment les trous de ver prennent vie et surtout qu’en est-il dans les temps sur leur connaissance, et leur utilisation. Le récit devient compliqué. Compliqué parce qu’encore une fois, nous avons droit à la mythologie qui n’amène pas grand chose à l’histoire. Compliqué parce que c’est long de suivre une histoire qui prend de plus en plus son temps. C’en est presque ennuyeux. Nous nous attendons et c’est le cas à voir sur le palier de notre humanité, une bande d’extra-terrestres, pas trop sympas, un peu vicieux même, qui ont bien envie de s’amuser en nous claquant un peu le beignet… mais qu’ils arrivent, on n’en peut plus d’attendre.
Le graphisme est lui toujours assez bien travaillé, bien que les décors ne soit pas le fort du dessinateur. On sent le va-vite de la réalisation pour répondre aux exigences d’un calendrier commercialement serré…C’est dommage, parce que l’idée est intéressante, j’aime bien ce côté x-files, mais là c’est l’équivalent de la dixième saison, bof bof…

Prométhée 7. La théorie du 100e singe – Bec et Raffaele

promethee713H13. IL NE S’EST RIEN PASSÉ ! Jusqu’à l’heure fatidique, les désastres avaient continué de façon spectaculaire. Et plus rien ! Est-ce la fin des catastrophes ? Ou seulement un court répit ? Les catastrophes se multiplient ! Le suspense est à son paroxysme ! Le monde est au bord du gouffre ! L’autre grande série du créateur de Sanctuaire !!

L’album le plus bizarre de la série. Des événements se déroulent mais pour l’instant nous n’y voyons pas trop le lien avec les albums précédents. Le récit essaye peut-être de reprendre son souffle, et pour cela utilise le mythe du centième singe, un mythe bien sûr, puisque la théorie proposée, et qui existe, n’est malheureusement pas fondée scientifiquement. Force est de constater que les auteurs s’y engouffrent comme des foufous et se plantent méchamment. Dommage…
Le graphisme quant à lui est bien réalisé avec toujours beaucoup de personnages mais leur travail est pointu et nous permet facilement de nous repérer. Que dire de plus de cet album qu’il est en-dessous de la moyenne. Septième tome et où nous mène la série ? On se demande même quand les E-T vont descendre nous mettre une bonne claque.

Qui père gagne – Claude Picq

quipergagneSe savoir « né de père inconnu », comme on dit, et retrouver, quelque quarante ans plus tard, cet inconnu fracassé sur sa table de cuisine, c’est tout Cicéron, ça ! Découvrir que René a une maîtresse, ça décoiffe aussi pas mal. Quant à ces honnêtes commerçants en articles de souvenirs pieux « made in China », que viennent-ils faire dans cette embrouille ?
Vous mourrez d’envie d’en savoir plus ? Eh ben ça tombe vraiment bien car tout est dans ce formidable bouquin qui ne vous tombera des mains qu’une fois terminé.

Je découvre Cicéron Angledroit, un détective privé, aux amis éclectiques, aux relations sulfureuses avec la gente féminine, intelligent, mais un poil paresseux, dont la carrière a débuté il y a déjà quelques temps sous la plume de Claude Picq.
Récit mêlant une enquête avec un humour dépassé, Céciron est un personnage atypique et pourtant très contemporain. Célibataire et coureur, il nous entraîne sur une enquête très personnelle. L’auteur use de son humour un peu vaseux pour nous enfoncer dans le crâne que Cicéron n’en est pas à son premier essai, et surtout pour faire passer la lenteur et le vide de l’enquête. Mais n’est ce pas le remplissage comique qui permet au lecteur de comptoir de finir un roman de gare. Le style est collégien, l’humour dépassé. Le récit manque de profondeur et les rebondissements sont prévisibles. Un niveau assez faiblard. Est ce que l’auteur persiste avec un personnage tiré jusqu’à la corde ou… mais je découvre le personnage et l’auteur par ce roman.
Un roman ennuyeux et très décevant.
Je remercie Babélio et Palémon Editions pour ce partenariat.

Louca 1. Coup d’envoi – Bruno Dequier

louca1L’adolescence est une période horrible pour beaucoup de monde. Pour Louca, c’est pire ! Piètre sportif, mauvais élève, menteur (pour épater son petit frère), et maladroit avec les filles, c’est une véritable catastrophe ambulante. Mais, c’est décidé : dès demain, il va changer ! Pour ce faire, Louca va recevoir un coup de main de Nathan : beau garçon, super doué au foot, intelligent… le coach rêvé pour gagner la partie. À une petite exception près : Nathan est mort et c’est son fantôme qui va entraîner Louca… Comment Nathan est-il mort ? Pourquoi Louca est-il le seul à le voir ? Nathan arrivera-t-il à transformer Louca ? Louca réussira-t-il à la fois ses examens, à séduire Julie, la fille de ses rêves, et à devenir un footballeur digne de ce nom ?

Voici un personnage qui nous ressemble. Pas très bon à l’école, maladroit, plein de bonne volonté, et surtout qui veut plaire à la jolie fille de la classe. Mais un jour, son destin change. Il a la particularité de voir un ancien élève, ou plutôt son fantôme. L’aide de ce dernier va redonner du courage et de l’espoir à Louca.
Le récit est intéressant et plein d’humour. On s’y retrouve forcément et Louca est un personnage attachant et loin du cliché. Le dessin est vraiment bien pensé. Assez simple, sans fioriture, il nous présente un lycée, des élèves, avec beaucoup de justesse.
Ce premier album est très réussi et tombe juste autant pour le personnage et son histoire que pour le graphisme très adapté.
Un très bon premier album qui donne vraiment envie de continuer cette série.

Prométhée 6. L’arche – Bec et Raffaele

promethee6De mystérieuses expériences scientifiques furent menées par l’armée américaine dans le plus grand secret ; leurs conséquences furent aussi impressionnantes qu’inquiétantes… Y a-t-il un lien entre elles et les calamités qui s’abattent aujourd’hui sur le monde ? Depuis quelque temps, chaque jour à 13h13, une nouvelle catastrophe frappe la planète. Le compte à rebours semble lancé…

Suite des événements se déroulant à 13h13. Il apparaît que l’humanité cette fois-ci est épargnée. Alors qu’un groupe se retrouve de l’autre côté du miroir dans une dimension de notre monde, l’envers du décor dans lequel l’homme n’y a pas sa place.
Le récit devient de plus en plus alambiqué, mais l’auteur arrive tout de même à conserver la trame. Déjà la moitié de la saga et nous avons l’impression de ne pas en savoir plus que le précédent album. C’est dommage, on a envie d’informations, de révélations tonitruantes, mais pour l’instant, rien.
Le graphisme quant à lui est bien réalisé et malgré le nombre de personnages qui prospère d’album en album, nous arrivons à nous y retrouver grâce à la qualité du travail de Raffaele.
Dans l’ensemble, un album mitigé qui n’annonce rien de plus. Espérons que la suite sera meilleure.

Prométhée 5. Le sarcophage – Bec, Raffaele, Peynet, Démarez, Ferniani, Ruizge et Vax

promethee5« De mystérieuses expériences scientifiques furent menées par l’armée américaine dans le plus grand secret ; leurs conséquences furent aussi impressionnantes qu’inquiétantes… Y a-t-il un lien entre elles et les calamités qui s’abattent aujourd’hui sur le monde ? Depuis quelques temps, chaque jour à 13h13, une nouvelle catastrophe frappe la planète. Le compte à rebours semble lancé… »

Ce cinquième épisode fait la part belle aux expérimentations américaines. Les faits de 13h13 passent au second plan pour ne traiter pratiquement que des mystères autour des découvertes sur le dernier siècle des forces américaines. Le graphisme, dans cet album, est au-dessus des albums précédents. Le nombre de dessinateurs aura certainement permis une émulation les poussant tous à rendre des planches d’un bon niveau.
Le récit, quant à lui, chute d’un cran, s’éloignant de la trame principal, pour donner plus d’éléments aux lecteurs. Auront-ils de l’importance dans les prochains albums ?
En somme, un album qui fait office un peu d’ovnis dans la saga, si je peux me permettre.

Prométhée 4. Mantique – Bec, Bocci et Raffaele

promethee4Quelle nouvelle catastrophe plongera plus encore notre civilisation dans les ténèbres ? La série de phénomènes inexpliqués qui frappent la planète jour après jour semble présager le pire pour l’Humanité … Alors que les États-Unis sont accusés de vouloir installer un nouvel ordre mondial, Jeff Spaulding, directeur de vol à la NASA, accède à des documents secrets qui prouvent la découverte sur la Lune d’un gigantesque vaisseau spatial extraterrestre. Parallèlement, dans le journal de bord du capitaine du Titanic – revenu à la surface dans un état quasi neuf – on retrouve d’étranges coordonnées qui semblent indiquer un point au large des Bahamas : un trou bleu ! Une équipe de spécialistes sera constituée pour plonger dans le mystérieux gouffre… »

Ce quatrième tome nous permet d’avancer d’une journée et de découvrir un nouveau malheur qui frappe l’humanité. Mais le récit cette fois-ci présente la compréhension de certaines personnes que l’homme est peut-être voué à se faire envahir par une puissance extra-terrestre. Dans le même temps, nous découvrons que des preuves existent.
Le graphisme est bien réalisé, mais cette fois-ci le texte nous permet d’avoir des planches bien fournies. Les décors sont bien travaillés et cet album est certainement le plus réussi de ce début de saga et fournit suffisamment d’éléments dont on a envie de connaître les tenants et les aboutissants.
Un très bon album qui fournit encore plus de mystères au lecteur à découvrir dans les prochains albums.