Thorgal 11. Les yeux de Tanatloc – Rosinski et Van Hamme

thorgal11Thorgal, Aaricia, et Kriss de Valnor tentent péniblement de se frayer un chemin dans les forêts du pays Qâ. Qu’est devenu Jolan ? Retenu en otage par les Xinjins, son seul espoir d’être sauvé est que son père accomplisse sa mission…

Dans cet épisode, nous retrouvons la quête entreprise par Thorgal pour retrouver son fils. Manipulé par Kriss, ils sont dans l’obligation de se rendre dans une cité éloignée pour accomplir une mission dangereuse.
L’un des tomes les plus importants peut-être de ce début de saga, avec des révélations sur l’univers de Thorgal qui permettent au lecteur de découvrir un maillage dans le lequel le destin voue à notre viking un avenir tumultueux.
Les personnages comme Kriss sont plus complexes et nous faisons la connaissance de caractères intéressants. S’ajoutent des scènes épiques donnant un album extrêmement passionnant.
Le graphisme est toujours mieux travaillé, et certaines cases sont d’un très bon niveau.
En somme, cet album est un réel plaisir et tient facilement le lecteur en haleine.

Publicités

Les mystères de la troisième république 1. Les démons des années 30 – Philippe Richelle et Pierre Wachs

3republique11937…
Lucien Fabre, l’autoritaire directeur de La Vérité, un journal antirépublicain à grand tirage, est sauvagement abattu.
Les articles sulfureux de ce journal ont notamment brisé la carrière d’un ministre du gouvernement de Front populaire, qui avait interdit les ligues d’extrême-droite…
Tout naturellement, c’est dans cette direction que le commissaire Peretti et son équipe orientent leur enquête.

Ce premier tome présente comment le scandale arrive. Par un simple fait divers, des enquêteurs se retrouvent à découvrir pourquoi un rédacteur en chef est assassiné, et les policiers découvrir que le pouvoir a sacrément les pieds dans la merde.
Les débuts sont un peu difficiles et butent sur une multitude de personnages qu’il faut bien arriver à discerner pour comprendre les tenants et les aboutissants du scénario. Malgré tout, l’histoire est assez intéressante.
Le graphisme est particulièrement bien réussi et les personnages bien équilibrés avec des visages d’une réalisme saisissant. Ce qui manque un peu c’est du rythme, avec parfois des passages un peu lent. Alors peut-être que je n’accroche pas à ce premier album qui me paraît trop politique.

Thorgal 10. Le pays Qâ – Rosinski et Van Hamme

thorgal10On raconte que le dieu Ogotaï est sorti des eaux et qu’après avoir initié une pacifique tribu de pêcheurs à l’art de la guerre, il a massacré les peuples du pays Qâ. Seuls survivants, les Xinjins ont obtenu la protection du dieu Tanatloc. Pour vaincre totalement l’ennemi, il faut cependant le déposséder de son casque magique. Kriss de Valnor veut relever ce défi. Pour obliger Thorgal et Aaricia à l’aider, elle fait enlever Jolan…

Ce dixième tome démarre un nouveau cycle où Thorgal et sa famille sont pris en otage par Kriss de Valnor, les obligeant à la suivre pour mener une quête insensée contre la libération de Jolan. Mais les nouveaux compagnons vont découvrir que Kriss est finalement manipulée par un peuple puissant et pourvu d’une technologie supérieure.
Le scénario est bien construit, nous faisant découvrir une autre facette de l’univers de Thorgal loin du monde des vikings. Une nouvelle fois, Kriss est présente, confrontée à Aaricia, elle tente par ses atouts de prendre l’avantage mais finalement elle ne peut que les obliger de la manière la plus vile.
Le graphisme est bien plus travaillé que les albums précédents et propose ici un album avec des décors nouveaux et fantastiques. Les scènes d’actions sont courtes mais intenses donnant à l’histoire un juste équilibre.
Un très bon album qui entame un cycle prometteur.

Les cahiers d’Esther – Riad Sattouf

estherÉcrits d’après les histoires vraies d’Esther A., Les Cahiers d’Esther nous plongent dans le quotidien d’une fille de 10 ans qui nous parle de son école, ses amis, sa famille, ses idoles.
Que sont Tal, Kendji Girac ou bien les têtes brûlées ?
Quels sont les critères de beauté que doivent avoir les garçons et les filles pour être populaires ? Comment fait-on quand on a des copines plus riches que soi ?
Qu’est-ce que le petit pont massacreur ?
Comment les attentats du 7 janvier ont-ils été vécus dans la classe d’Esther ?
Comment faire quand on a peur d’avoir des gros seins ?

En cinquante-deux pages qui sont autant de saynètes sur un thème à chaque fois différent, Esther nous raconte sa vie et son époque. Ce qu’elle ne dit pas à ses parents, elle le raconte dans ce journal intime, tour à tour drôle et émouvant, tendre et cruel : un portrait de la jeunesse d’aujourd’hui et un miroir de notre société.

Dans cette bande dessinée originale, nous découvrons Esther, 10 ans, en CM1 qui nous raconte son quotidien avec sa vision de petite fille, ses propres mots. Le récit atypique donne un aperçu cinglant sur le monde des adultes mais aussi sur ce que les adultes imaginent des enfants en primaire et ce qui réellement il se passe.
Entre les craintes de la vie des grands, le frère adolescent, les copines, les garçons, son papa, Esther est une petite fille gentille mais confrontée brutalement à la vie.
L’album se déroule sur l’année et la dernière planche est consacrée à la rentrée scolaire de CM2 avec ses bouleversements.
Le style de l’auteur fait de cette bande dessinée un instant particulier, avec son humour cru et violent, et ses moments de lucidité. Le graphisme est reconnaissable et se prête malgré tout très bien à la vie de cette petite fille.
Un très bon album, mais que les petits ne devraient pas lire…

Thorgal 9. Les archers – Rosinski et Van Hamme

thorgal9Surpris par une tempête, Thorgal a été recueilli par un vieux couple. Sans bateau ni argent, il ne peut rejoindre son village. Un concours de tir à l’arc va peut-être lui permettre de racheter une barque. De tous les participants à l’épreuve, la belle Kriss de Valnor est sans aucun doute la plus redoutable…

Ce neuvième épisode renoue avec le côté épique de Thorgal, laissant derrière le mystique pour donner la place à l’aventure. Thorgal se retrouve à devoir participer à un concours pour gagner quelques pièces et se racheter un bateau, alors que le sien vient d’être perdu suite à une tempête, ne lui permettant plus de rejoindre l’île éloignée dans laquelle il vit avec sa famille.
Le récit est bien construit avec quelques rebondissements intéressants. Nous faisons surtout la connaissance de Kriss de Valnor, une jolie femme qui vole et tue, mais qui garde assez de mystère pour donner envie de plus la connaître. D’ailleurs, son joli minois et son caractère complétement opposé lui a permis d’avoir déjà quelques albums qui lui sont consacrés. Mais surtout Kriss devient le compagnon idéal de Thorgal avec son caractère totalement différent et qui finalement en font un couple explosif, bien éloigné du couple parfait que Thorgal et Aaricia représentent.
Le graphisme est bien mieux réussi et les planches mieux rythmées. Cet album est un réel plaisir de lecture avec des événements nouveaux.

Thorgal 8. Alinoë – Rosinski et Van Hamme

alinoeJolan est devenu un gamin robuste et curieux de tout. Les étranges signes qu’il trace et dont il ignore lui-même la signification, intriguent beaucoup ses parents. Au cours d’une escapade, il s’est lié d’amitié avec un garçon de son âge. L’enfant semble perdu et il redoute les adultes. Sourd et muet, il ne peut en outre répondre aux questions que suscite sa mystérieuse présence…

Thorgal et sa famille se sont réfugiés sur une île. Mais Jolan, son fils, s’ennuie. Enfant du fils des étoiles, il n’est pas comme tous les autres enfants. Seul sur l’île avec ses parents, il se crée un compagnon de jeu, mais rapidement, cet être, Alinoë, devient difficile à contrôler.
L’histoire met l’accent sur la descendance de Thorgal. Le personnage central n’est pas notre guerrier adopté des vikings mais sont fils. Cette bande dessinée est une nouvelle parenthèse dans la magnifique saga de Thorgal, bien plus intéressante que le précédent épisode et mettant en scène des événements surnaturels loi de Thorgal.
Le graphisme est parfois très simplifié dans cet album et les décors sont souvent dessinés au strict minimum. Malgré des personnages bien réalisés, le reste est assez décevant.
En somme, un bon album malgré tout avec une idée assez originale mais manquant d’épique, le graphisme n’est pas à la hauteur du talent, c’est dommage.

Thorgal 7. L’enfant des étoiles – Rosinski et Van Hamme

thorgal7Le secret des origines de Thorgal ? Tout commence par la découverte d’un bébé sur un mystérieux radeau par un chef viking. A l’adolescence, Thorgal désire connaître son passé. Un dieu intercédera en sa faveur pour percer le secret de sa naissance… Un album fondateur composé de trois histoires qui dévoilent les origines de Thorgal.

Septième tome qui donne des éléments importants au lecteur, mais enlève dans le même temps toute une part du mystère de Thorgal. Découpée en plusieurs histoires, cette bande dessinée propose une approche moins héroïque mais chargée d’histoires et d’émotions.
Le récit est bien construit mais je reste sur la déception de découvrir les origines de Thorgal aussi tôt dans la saga et surtout de manière aussi crue.
Le graphisme est toujours aussi bien réalisé et à tendance même à s’améliorer par quelques détails, mais ça reste du Thorgal.
L’album le plus décevant et qui pour ma part n’apporte rien à la saga.

Ma mère et moi 1. Chaud devant ! – Marc Cantin et Isabelle Maroger

mamere1Cloé adore sa mère, et sa mère l’adore… mais ce n’est pas pour autant toujours simple de vivre ensemble ! Cloé est parfois un peu gaffeuse, et sa mère se met vite en colère ! Mais quoi qu’il arrive, ces deux-là restent inséparables !

Ce premier tome présente les personnages dans une série de mises en situation de deux pages chacune. Des gags de tous les jours qui ne sont pas autant hilarant que ça. C’est même très décevant et parfois carrément nul.
Le graphisme n’est pas fantastique mais s’adapte très bien au style voulu, assez simple et sans fioritures et donnant ainsi au lecteur beaucoup d’espace, les gags s’étalant malgré tout sur deux pages.
Dans l’ensemble, un succès qui ne justifie pas la qualité moyenne de ce premier opus.

Pandemonium 2. Le tunnel – Raffaele et Bec

pandemonium2Ce deuxième tome nous présente une suite encore plus tragique. La petite fille malade a des visions, elle voit les morts. Et la source du mal se trouve être dans le tunnel. Dans le même temps, sa mère, infirmière à l’hôpital, est irrémédiablement attirée vers ce tunnel. Les rumeurs sont horribles, et les premiers éléments sont… horribles.
Le scénario s’enfonce encore plus dans l’horreur indicible, un fait divers masqué par des autorités complaisantes. Bien pensé, composé de rebondissements, le récit devient vite prenant et la suite tant attendue.
Le graphisme est bien réalisé avec des expressions du visage travaillées et réalistes.
Une deuxième épisode important qui donne à la saga un volume que le premier opus avait débuté. A suivre absolument, un thriller vraiment intéressant.

La Rose Ecarlate Mission 1. Le spectre de la Bastille – Lyfoung et Jenny

roseecarlate1Depuis peu fiancée à Guilhem, Maud, alias la Rose écarlate, n’a rien perdu de sa fougue, ni de ses convictions, toujours prête à défendre les opprimés. Côté bonnes manières, en revanche, la belle a quelques efforts à faire. En proie à une terrible crise de jalousie depuis l’arrivée d’Adèle, la justicière devra pourtant garder son sang froid afin de démasquer ce mystérieux fantôme tueur de jeunes femmes rousses…

La Rose Ecarlate est une sorte de Robin des Bois qui est accompagnée de son fiancée pour oeuvrer en détroussant les riches et donner aux pauvres. De prime abord, c’est un peu gnan-gnan, mais elle se retrouve à enquêter sur la disparition de jeunes femmes rousses.
Le récit est assez linéaire et ne présente pas réellement un réel intérêt tant l’histoire est coupée par les péripéties sentimentales de l’héroïne.
Graphiquement, les décors sont vraiment beaux et bien travaillés, les personnages aussi mais le côté manga devient vite assez agaçant.
Le public ici qui est recherché serait plutôt des jeunes adolescentes, mais pour ma part, je n’ai pas accroché, en même temps, je ne suis ni une fille ni une adolescente.