Dedans ou dehors – Mukoma Londo

dedansÀ l’âge de onze ans, et en accord avec sa lignée et la tradition, Songan devient membre de la nécromancie. Dans cette partie de l’Afrique, être en contact avec les morts est plus qu’un privilège, c’est une responsabilité et un pouvoir. Mais comme beaucoup de jeunes Africains, Songan rêve aussi de voir le monde et de découvrir la ville moderne. Un voyage périlleux, car on ne se coupe pas de la tradition sans en payer le prix…
L’Afrique doit-elle se recroqueviller sur elle-même pour garder son identité? Dedans ou dehors pose avec acuité et force l’opposition entre tradition et modernité qui secoue aujourd’hui le continent noir. Dans ce roman envoûtant sur le lien à la mort et aux ancêtres, la question des valeurs va de pair avec celle des privilèges, car il ne suffit pas d’être noble pour être respectable. Comme le dit si bien Songan: « Nous devons nous ouvrir au monde comme le monde s’offre à nous. »

Avant de commencer, je tiens à remercier Les Agents Littéraires et les éditions Publibook pour ce partenariat.

Dedans ou dehors est un récit qui se déroule en Afrique. C’est l’histoire de Songa, un jeune garçon issu d’une tribu, qui est initié à la nécromancie. Enlevé par sa belle-famille, il grandit loin de ses parents et de ses croyances. A la ville, il découvre le christianisme et s’oppose ouvertement aux traditions de sa tribu et de sa famille.

Ce récit est un témoignage de la culture profonde de l’Afrique. Les croyances et les traditions d’une tribu y sont relatées, méticuleusement, presque cliniquement. Songa que l’on suit dans sa vie est un jeune homme perdu entre son propre arbitre et les décisions des anciens qui priment sur tout les membres d’une même famille, d’une même tribu. Comme l’explique si bien ce roman, Songa est finalement perdu entre ses propres envies, ses propres aspirations, et l’intérêt de la tribu et de la famille.

Par ce récit, l’auteur rend hommage aux traditions séculaires de l’Afrique, en conflit avec la modernisation. Comment ces croyances peuvent-elles subsister face à la puissance de la nouvelle ère qui envahit l’Afrique jusque dans les moindres contrées, même éloignées, même enclavées, même difficiles d’accès.

L’écriture est assez pointilleuse, dépassant parfois la fiction, tel un documentaire, il ne manque plus que les images. Mais dans ce récit, on sent le poids, lourd, sur les épaules de l’homme entre deux vies, celle de ses anciens, de la famille, et l’autre, celle de l’avenir de l’Afrique.

L’auteur pose une question. Comment l’Afrique peut-elle évoluer sans abandonner sa culture ? Un travail qui sera difficile mais peut-être pas impossible.

Je remercie Les Agents Littéraires et les éditions Publibook  pour ce partenariat.

agentslitte

Publicités