La Guerre des Lulus 1917. La déchirure – Régis Hautière et Hardoc

1917. La guerre s’éternise. Le blocus naval mie en place par l’Angleterre, pour empêcher le ravitaillement des puissances centrales, provoque une pénurie alimentaire dans toutes les zones contrôlées par l’armée allemande. Dans cette Europe meurtrie, le périple des Lulus se poursuit. Malgré leur optimisme naturel, ils commencent à désespérer de revoir un jour l’abbé et les copains de l’orphelinat. Et, s’ils restent soudée dans l’adversité, des lézardes apparaissent dans leur belle amitié. Leur route, semée d’embûches, leur réserve toutefois de belles surprises et c’est d’un pas décidé qu’ils partent à la rencontre d’un pays qui leur est inconnu et de ses drôles d’habitants…

Les lulus se retrouvent en Allemagne après avoir pris un train au hasard. Leur retour se réalise avec quelques difficultés agrémentés de jolis moments et des moments plus difficiles. Mais ils feront tout pour retrouver leur chez-soi. Dans la peau d’enfants devenus adolescents, la guerre semble proche et si éloignée en même temps. La bande dessinée sur cet album me paraît pour une fois trop allégée. Tout va très vite, nous laissant dans l’attente de moments plus réalistes, mais celui-ci n’arrive pas. Nous avons envie de découvrir plus profondément les affres de cette guerre qui paraît sans fin… Graphiquement, c’est bien réalisé, j’aime beaucoup les personnages bien dessinés, et les décors variés. Un vrai plaisir. En réalité, l’ensemble tient bien la route, et la bande dessinée est plaisante, elle s’adresse bien sûr à un public jeune et pour ma part, même si j’y trouve un ou deux défaut, c’est un très bon épisode.

Publicités

Dragons d’un crépuscule d’automne – Weis et Hickman

Amis de longue date, ils ont suivi des chemins différents. Les voilà de nouveau réunis, mais tous gardent en leur coeur des secrets qu’ils ne peuvent révéler. Ils parlent de l’ombre qui s’étend sur le monde et de rumeurs de guerre : de légendes peuplées de monstres étranges et de créatures mythiques ; mais pas de leurs secrets, pas encore. Jusqu’à ce qu’une femme d’une grande beauté, et détenant un cristal magique, entraîne les compagnons dans le danger et les ténèbres, bouleversant à tout jamais leur vie et le destin du monde. Personne n’imaginait qu’ils deviendraient des héros… eux moins que quiconque.

Ce premier tome dans l’univers de LanceDragon, un univers de Donjons et Dragons, est le premier épisode d’une trilogie dans laquelle nous sommes plus dans la découverte des personnages principaux que sur la poursuite d’une quête intense. L’univers de fantasy est typique des univers de D&D. Les personnages sont dans la même veine que la communauté des neufs, nous avons droit à notre nain, notre semi-homme, le kender, les humains, et le demi-elfe, particularité de D&D, mais aussi des elfes, et bien sûr des dragons. Nous sommes un peu dans le cliché mais l’ensemble tient la route. Le récit ne tourne pas au ridicule et l’aventure avec ses rebondissements nous tient en haleine durant tout le roman. En même temps, le style est bien au-dessus du niveau des Royaumes Oubliés, la traduction est bien mieux travaillée et donc, forcément, cela s’en ressent. Le récit est bien mené avec une quête qui semble ouverte, loin de la linéarité habituelle des romans sur les Royaumes Oubliés. Bon, pour résumé, ce n’est pas de littérature de grande envergure, mais les adeptes de fantasy y trouveront leur compte.

Châteaux Bordeaux 3. L’amateur – Corbeyran et Espé

À la suite du décès brutal de son père, Alexandra Baudricourt a décidé de reprendre le vignoble familial. Quelques mois après cette décision, le bilan du Chêne courbe est désastreux : sa récolte entière, sabotée, doit être jetée. Ses employés démissionnent. L’entreprise qui avait acheté toute la cave s’avère fictive… Ses frères semblent désormais prêts à l’aider, mais à part cela, tout va de mal en pis. Heureusement, Alexandra peut puiser du courage dans l’histoire du domaine familial : ses aïeuls ont surmonté avec ténacité des périodes bien plus noires ! La jeune femme devra se montrer déterminée et créative, mais, surtout, discerner les ennemis des amis…

Un troisième épisode extrêmement intéressant qui nous fait continuer l’aventure d’Alexandra avec une histoire qui ne fait que rebondir face à des annonces qui nous tiennent en haleine. Alexandra a fait face à des déboires et cet épisode est aussi une lueur d’espoir avec surtout une découverte historique. Le récit est passionnant et bien écrit. Quant au graphisme, c’est fidèle aux albums précédents. C’est travaillé, les personnages sont réalistes, mais surtout, c’est cette couleur présente, la couleur de la terre, qui représente les vignes, le travail de la terre, qui ajoute à l’ambiance de cet album. Un très bon album dans l’ensemble et qui agrémente cette saga de nouveaux rebondissements intéressants.

Bartman 2. Bartman returns – Collectif

Bartman est de retour pour protéger les faibles et les opprimés. En effet, qui à part lui pourra empêcher les dealers de figurines d’abuser des plus jeunes qui n’ont pas beaucoup de moyen pour s’en procurer ? Mais malheureusement, ses actes ne sont pas considérés comme héroïques par tous les habitants de Springfield et il devient la risée du journal du soir et donc de tous. Les choses se compliquent encore quand un nouvel homme masqué apparaît et décide de mettre un terme aux agissements de notre garnement préféré. Bartman aurait-il trouvé son ennemi juré ?

Enfin une bande dessinée des Simpsons généreuse et qui ne traite que d’une seule histoire. Cela laisse le temps au lecteur de s’immerger dans l’univers comique des Simpsons et de Bart devenu le vengeur masqué de Springfield. Une histoire pleine de rebondissements qui est dans la veine des Simpson que l’on adore avec ce côté décalé, insolent. Graphiquement, rien d’exceptionnel, c’est du pur Simpson. Mais l’ensemble nous laisse un bon souvenir, d’autant que des révélations surprenants sont là pour nous réveiller… au cas où.

Les filles au chocolat 1. Coeur Cerise – Raymond Sébastien et Anna Merli

Cherry et son père Paddy s’installent en Angleterre chez Charlotte, sa nouvelle compagne qui a quatre enfants. Cherry est ravie de faire partie d’une famille nombreuse. Mais à peine arrivée, elle va craquer bien malgré elle pour Shay, le petit copain de Honey. Voilà qui ne va pas arranger la cohabitation déjà difficile avec Honey, la seule à ne pas accepter son nouveau beau-père ! Alors que tous participent à la création d’une fabrique artisanale de chocolats, Cherry se retrouve partagée entre l’affection pour ses nouvelles soeurs et le charme irrésistible de Shay.

Premier épisode d’une série destinée aux filles, plus ou moins grandes, mais pas plus que l’adolescence. Cherry est une jeune fille de treize ans qui déménage avec son père dans sa nouvelle famille, famille recomposée dans laquelle elle fait la connaissance de ses nouvelles soeurs. Le récit est très simple et l’axe reste le romantisme, avec Shay le copain d’une des soeurs de cette nouvelle famille. La bande dessinée est adaptée à son public et ne pourra pas forcément plaire à tous les publics. Le graphisme est très simple, avec des décors un peu édulcorés et des personnages un peu lisses, mais l’ensemble est au niveau attendu.
Un premier tome qui plaira aux jeunes filles, uniquement aux jeunes filles.

La Guerre des Lulus 1916. Le tas de briques – Régis Hautière et Hardoc

Dans ce troisième épisode, troisième année de la der des ders, nous poursuivons l’aventure avec nos lulus, nos enfants abandonnés qui se trouvent toujours au milieu de ce carnage. Nous découvrons un concept nouveau pour l’époque et que je ne connaissais pas, la familistère dans laquelle se réfugie les Lulus. Le récit est toujours aussi intéressant et bien construit nous faisons partager les moments durs grâce à l’image. Malgré tout, l’accent retranscrit des habitants de la familistère est fatigant, usant. Le graphisme reste fidèle au deux premiers albums, toujours bien travaillé, avec des personnages bien réalisés, aux expressions réalistes.
Ce témoignage historique est important, et nous permet de découvrir, d’apprendre, tout en lisant une bande dessinée. C’est intéressant et bien pensé. Une bande dessinée à suivre car quelque soit le support, il est important de faire ce travail de mémoire.

Les Simpson Extra colossal ! – Collectif

2 histoires inédites
Homer Le Colossal !
Le patron de la centrale nucléaire de Sprinfield, Mr Burns est un homme riche. Cependant il rêve de redevenir jeune. A l’aide du docteur Olberman, ils décident de mettre au point un laser rajeunissant. Pour être certains que l’expérience fonctionne, ils décident de la tester sur un être humain, Homer Simpson sera le cobaye idéal.
La Mystérieuse Enigme du Puma de Springfield !
Le proviseur Skinneur tient à la mascotte de son école, une statue à l’effigie d’un Puma. Skinneur étant très protecteur avec celle-ci, il demande à Willie de l’entourer de barbelés. La statue se fait pourtant voler. Tandis que Milouse et Bart sont suspectés du vol par Mme Krappabel, Liza décide alors de mener son enquête.

Deux nouvelles histoires typiques des Simpson d’un assez bon niveau. L’humour est fidèle à la série des Simpson mais les histoires sont un peu courtes. Un graphisme sans surprise pour une bande dessinée qui se lit trop rapidement. Dommage, parce que l’idée pour une fois était à la hauteur.

Dad 2. Secrets de famille – Nob

La vie continue pour cette famille pas comme les autres ! L’aînée Pandora révise ses examens, l’adolescente Ondine se prépare pour un rendez-vous, la jeune Roxane joue aux jeux vidéo, Bébérenice réclame à manger… et Dad aimerait bien pouvoir être enfin un peu tranquille. Car ce comédien au chômage, père aimant mais éternel adolescent, élève seul ses quatre filles, et ce n’est pas de tout repos !

Dans ce deuxième album de Dad, nous retrouvons la petite famille de ce Dad qui élève seul ses quatre filles. Toujours découpé de la même manière, une page, un gag, nous nous amusons de situations de ce papa qui se confronte un peu à l’adolescence de ses enfants, de leur ingratitude mais aussi de leur amour inconditionnel. Beaucoup de situations déjà vécues et traitées avec beaucoup d’humour, ce qui rend ce deuxième album de Dad un vrai plaisir de lecture. C’est marrant et en plus le graphisme est franchement sympa.

Midnight Nation 1 – J. Michael Straczynski et Gary Franck

11David Grey est brutalement assassiné pendant une enquête. Mais il n’est pas tout à fait mort. Précisément, il se trouve dans une zone intermédiaire d’où il voit et entend les vivants. Alors qu’eux ne le perçoivent pas. Très vite, il va devoir entreprendre un voyage, une quête, limitée dans le temps, pour sauver son âme, sans quoi, il deviendra un de ces marcheurs décérébrés qui hantent les limbes.

Dans ce premier épisode, nous rencontrons un univers différent, original, dans lequel le personnage principal se retrouve dans un monde « parallèle », ni mort, ni vivant. S’annonce alors pour lui une quête, comme une rédemption pour pouvoir partir en toute quiétude.
Le récit est intéressant, prenant, avec les deux personnages principaux que nous découvrons au fur et à mesure. La bande dessinée se lit avec beaucoup de plaisir et l’aventure qui se joue sous nos yeux nous rapproche des questions sur notre propre mortalité. Vous décrocherez avec beaucoup de mal de cette histoire au dessin réussi. Classé dans les comics, la bande dessinée est un vrai thriller, bien construit, qui promet un deuxième opus tout aussi passionnant.

Les Simpson Un sacré foin ! – Collectif

Très bon album dans l’ensemble qui propose des histoires dans l’esprit des Simpson. Les récits sont intéressants et bourrés d’humour. Ce n’est pas le meilleur des albums de la série mais il fait partie des albums les mieux réussis avec une histoire avec en personnage principal Bart et une autre avec Homer. C’est sympathique et beaucoup de plaisir à lire un album pas mal réussi.
Les deux histoires sont vraiment différentes. On y rencontre un Bart qui dénonce et se fait attaquer par la bande de malfrats de la ville, puis dans l’autre histoire, c’est Homer qui se présente aux élections pour devenir Maire de Springfield.